Les Mi’gmaq et leurs ancêtres - Premiers habitants de Forillon

Parc national Forillon

Les Mi’gmaq et leurs ancêtres fréquentaient le territoire de Forillon bien avant l’arrivée des Européens. 

La presqu’île de Penouille

img-responsiveLes premiers habitants du territoire

Les Mi’gmaq et leurs ancêtres fréquentaient Penouille de façon saisonnière, pour y vivre et y tailler des outils de pierre. Selon les archéologues, ils auraient commencé à occuper la terrasse surplombant le marais salé de Penouille (sous le stationnement de l’actuel bâtiment d’accueil), il y a environ 4 000 ans. Sur la presqu’ile de Penouille, les traces des populations autochtones datent d’environ 2 600 ans (période du Sylvicole moyen).

Les fouilles archéologiques réalisées à Penouille nous ont livré une quantité impressionnante d’éclats de taille révélant la présence d’ateliers de taille de la pierre. De nombreux outils et plusieurs traces de foyers témoignent par ailleurs des activités artisanales et domestiques qui se tenaient sur le site. Le grand nombre de tessons de poterie retrouvés à Penouille en fait aujourd’hui le site le plus important de la Gaspésie pour représenter la période sylvicole (ère de la poterie).

La vallée de L’Anse-au-Griffon

Les Mi’gmaq et leurs ancêtres également la vallée de L’Anse-au-Griffon. Ce « portage » aurait été couramment utilisé comme corridor naturel pour traverser la péninsule de Forillon et passer ainsi du golfe du Saint-Laurent à la baie de Gaspé. Trois des quatre sites archéologiques répertoriés sont perchés sur des plates-formes naturelles qui offraient une vue dégagée sur la vallée et sur ses environs.

Date de modification :