Conservation

Parc national Kouchibouguac

Lorsque la nature suit son cours, une espèce disparaît environ à tous les millénaires. Toutefois, selon les estimations actuelles, deux à trois espèces disparaissent par heure! La cause majeure attribuable à l’accélération de la disparition d’espèces est la perte d’habitats, phénomène causé principalement par les activités humaines lorsque nous convertissons des habitats naturels en aires de transport, urbaines, agricoles et industrielles.

Heureusement, depuis plus de 35 ans, le parc national Kouchibouguac s’engage envers la conservation et le rétablissement d’espèces en voie de disparition et de leurs habitats et protège, depuis son établissement, une parcelle de 238 km² de la région naturelle des plaines maritimes.

Intégrité écologique

Assurer la continuité ou la durabilité du parc.

Programme de suivi des indicateurs

Les programmes de surveillance nous permettent de mesurer l'intégrité écologique des écosystèmes du Parc.

La protection des espèces en péril

Participez activement envers la protection et la conservation de la faune et la flore du parc, de la région, du pays et même du monde!

Interdiction d'importer du bois à brûler

Parcs Canada interdit l’importation de bois à brûler dans le parc national Kouchibouguac.

La recherche scientifique

Informations sur la recherche scientifique dans le parc national Kouchibouguac.

Initiative de la gestion du feu

Reducing the risk of fire in the park.

Espèces en péril

Certaines espèces présentes dans le Parc national Kouchibouguac ont des populations qui sont menacées pour une multitude de raisons. Ces espèces ont des statuts de conservation qui reflètent un nombre décroissant et sont identifiées et surveillées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et protégées au niveau fédéral par la Loi sur les espèces en péril (LEP).

Par exemple, les plages de Kouchibouguac servent de refuge au pluvier siffleur, un oiseau en voie de disparition, qui revient chaque année pour la saison de reproduction; tandis que les étangs côtiers accueillent l’anguille d’Amérique, une espèce menacée au Canada. Également, les dunes offrent un habitat pour diverses espèces de plantes et d’animaux, y compris deux espèces de plantes en péril : l’aster du Saint-Laurent et le léchéa maritime.

Image d'une carte
Carte de la zone d’influence et de coopération (PDF 457 Ko)

Zone d’influence et de coopération

Le parc national Kouchibouguac joue un rôle essentiel dans le cadre de la conservation de la biodiversité régionale. Le parc fait partie d’une région élargie appelée zone d’influence et de coopération (ZIC), qui englobe de petites collectivités établies sur les côtes et à l’intérieur des terres ainsi que des forêts, des cours d’eau, des lagunes, des tourbières et plusieurs lieux patrimoniaux, y compris une aire protégée provinciale adjacente au parc.

Le concept de ZIC reconnaît que l’utilisation des terres et la vitalité des écosystèmes à l’extérieur du parc ont des incidences sur la santé des écosystèmes à l’intérieur du parc et, à l’inverse, que la santé du parc joue un rôle important dans la biodiversité régionale. Parcs Canada est un chef de file en matière d’intendance environnementale et collabore avec la population locale, le gouvernement provincial et d’autres partenaires en vue d’appuyer et d’influencer la santé environnementale de la région.

Le concept de ZIC va toutefois au-delà de la coopération environnementale. Il s’agit d’un concept flexible conçu pour mettre en valeur l’importance de la coopération entre voisins afin d’appuyer le secteur du tourisme régional durable et de veiller à la santé économique et sociale de la région.

Date de modification :