Événement historique national des célébrations du Jour de l’émancipation

Photo en noir et blanc d'une parade dans une rue et une personne sur un cheval
Parade lors du Jour de l'émancipation, Amherstburg, Ontario, 1894
© Bibliothèque et Archives Canada/PA-163923

Les célébrations du Jour de l'émancipation ont été désignées comme événement historique national en 2022.

Importance historique : Les personnes d’ascendance africaine qui vivent au Haut- et au Bas-Canada ont marqué l’abolition de l’esclavage en 1834 en organisant des célébrations qui deviendront des festivités annuelles.

Plaque commémorative : pas de plaque installéeFootnote 1

Les célébrations du Jour de l'émancipation

Les célébrations du Jour de l’émancipation commencent le 1er août 1834, lorsque des Canadiens d’ascendance africaine du Haut et du Bas Canada entreprennent de souligner l’abolition de l’esclavage et suscitent l’établissement d’une longue tradition pour les Afro Canadiens en Ontario et au Québec, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick (à compter de 1846) ainsi qu’en Colombie-Britannique (à compter de 1858), une tradition qui se poursuit jusqu’à ce jour partout au Canada.

La Slavery Abolition Act (loi sur l’abolition de l’esclavage) est adoptée par le Parlement britannique en 1833 et entre en vigueur le 1er août 1834, mettant légalement fin à des siècles d’existence du système d’esclavage colonial des Africains dans l’ensemble de l’Empire britannique. L’émancipation s’avère immédiate en Amérique du Nord britannique et dans d’autres colonies comme la Barbade, les Bermudes, Antigua et Trinité-et-Tobago. Ailleurs dans les Caraïbes britanniques, la transition vers la liberté prend trois ou quatre ans de plus, car les personnes autrefois réduites à l’esclavage sont obligées de travailler pendant des périodes d’apprentissage imposées par la Loi comme compensation supplémentaire aux sociétés de plantation esclavagistes. En 1838, environ un million de personnes d’ascendance africaine peuvent dorénavant mener en toute légalité une vie libre en Grande-Bretagne et dans ses colonies.

« C’est avec une immense jubilation que la désignation des célébrations du Jour de l’émancipation en tant qu’événement historique national a été acceptée. Cette reconnaissance fédérale honore les célébrations de l’émancipation d’un peuple enlevé de force à sa nation, réduit en esclavage pendant 400 ans, acheté et vendu comme un bien, rassemblé comme du bétail; pourtant, s’élevant triomphalement au-dessus de tout cela pour non seulement survivre, mais prospérer dans notre génie; Émancipation mi seh! Ase ancêtres! »

Nadine Williams, poète, auteure, éducatrice artistique et coproposeuse de la désignation

Au Canada, les célébrations annuelles sont souvent appelées West Indian Day parce que le plus grand nombre d’esclaves libérés vivaient dans les Caraïbes (appelées en anglais West Indies par les colons européens). Par la suite, ces événements prennent le nom de Premier août et Jour de l’émancipation. Les festivités vont des petits pique-niques aux grands événements publics, généralement avec des services religieux, des défilés, des repas communautaires, des dîners officiels et des divertissements. Ces commémorations sont l’occasion d’établir des liens sociaux et de susciter la fierté à l’égard de l’ascendance et de la solidarité africaines, et de l’éducation et de la réflexion sur le passé, le présent et l’avenir des communautés diasporiques africaines.

« La résistance et la joie des Africains nouvellement libérés, anciennement réduits en esclavage, ont été exprimées par les célébrations, les discours et l’activisme du Jour de l’émancipation le 1er août partout au Canada à partir de 1834. Je suis honorée que ma quête pour que le 1er août soit commémoré comme le Jour de l’émancipation, qui a commencé en 1994, ait été couronnée de succès. Avec la joie et la reconnaissance vient l’espoir. »

Rosemary Sadlier, Récipiendaire de l’Ordre de l’Ontario, auteure, historienne, consultante, conférencière et coproposeuse de la désignation

Les événements du Jour de l’émancipation sont des actes commémorant les ancêtres qui ont enduré plus de 200 ans d’esclavage. Ils deviennent également des occasions de mobilisation contre l’esclavage aux États-Unis jusqu’à son abolition en 1865, et contre le racisme et la ségrégation systémiques qui persistent au Canada. Au fil des ans, d’éminents dirigeants afro canadiens et américains comme Henry Bibb, le révérend Richard Preston, le révérend Josiah Henson et le militant des droits de la personne Martin Luther King Jr. prononcent de puissants discours lors des événements du Jour de l’émancipation. Les activités de collecte de fonds mènent à la construction d’établissements communautaires indispensables comme des écoles et des églises. Les célébrations du Jour de l’émancipation représentent la force et la persévérance des Afro Canadiens dans la lutte pour l’égalité raciale au cours des XIXe et XXe siècles et jusqu’à ce jour.

La présente fiche d’information a été rédigée au moment de l’annonce ministérielle en 2023.

Le Programme national de commémoration historique repose sur la participation des Canadiens afin d’identifier les lieux, les événements et les personnages d’importance historique nationale. Tous les membres du public peuvent proposer un sujet afin qu’il soit étudié par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Obtenir plus d'informations sur la façon de participer à ce processus

Date de modification :