Cette semaine en histoire

Archives

Collection des articles des semaines précédentes.

Le Sable Island Humane Establishment (1801–1958)

Vue aérienne de l’île de Sable et de diverses structures. © Parcs Canada/ Doug Harvey/2010

Pour la semaine du lundi 5 décembre 2022

Le 8 décembre 1880, le navire Bride s’échoue sur les hauts-fonds de l’île de Sable. L’écoute de grand-voile ayant été endommagée pendant le voyage vers le Nouveau-Brunswick, l’équipage n’arrive plus à diriger le navire en toute sécurité vers le rivage. Toutefois, se retrouver coincé sur cette île en particulier s’avère un véritable coup de chance pour l’équipage qui, une fois rendu à terre, est secouru et recueilli par le Sable Island Humane Establishment.

Environ 300 embarcations se sont échouées sur l’île de Sable ou ont fait naufrage sur les hauts-fonds à proximité de cette étroite bande de terre dans l’océan Atlantique, à quelque 175 kilomètres de la Nouvelle-Écosse. De violentes tempêtes, des courants dangereux et des bancs de sable mouvants sont à l’origine de nombreux naufrages. Ces dangers sont mis en évidence après que plusieurs naufrages très médiatisés sur l'île à la fin du XVIIIe siècle aient entraîné d'importantes pertes en vies humaines. Après plusieurs tentatives infructueuses, la Nouvelle-Écosse réussit en 1801 à mettre sur pied le Sable Island Humane Establishment le premier organisme de sauvetage parrainé par le gouvernement sur la côte nord-ouest de l’Atlantique.

Les membres fondateurs de l’établissement de sauvetage mettent les voiles vers l’île de Sable à bord d’une goélette affrétée et du brick du gouvernement, l’Earl of Moira, en octobre 1801. Parmi eux se trouvent le surintendant James Morris, son épouse Susannah et leur fils Guy. Un autre bateau les suit et transporte des médicaments, du bétail, de la nourriture, des matériaux de construction et d’autres articles essentiels. Le groupe se met rapidement au travail et construit des maisons, des postes d’observation, des bateaux de pêche, une étable, une forge, des cabanes de survie, et un entrepôt pour y ranger les marchandises qu’on réussit à récupérer. De 1809 à 1830, l’établissement de sauvetage se porte au secours d’environ 1 050 personnes lors de 35 naufrages. Souvent, l’allocation de 600 £ par année versée par le gouvernement britannique pour assurer le fonctionnement de l’établissement ne suffit pas pour fournir nourriture et secours aux nombreuses victimes des naufrages qui, la plupart du temps, n’ont rien de plus que les vêtements qu’elles portent; ce sont donc les équipes de sauvetage qui, sans hésiter, les aident et leur fournissent un lit chaud.

À l’époque où Matthew D. McKenna est surintendant (1848–1855), l’établissement de sauvetage a connu une croissance et compte désormais un contremaître, un forgeron, un menuisier, un constructeur de bateaux ainsi que plusieurs membres dans l’équipe de secours, qui reçoivent un salaire annuel ainsi qu’une commission sur les marchandises récupérées. Tous ces gens font partie intégrante d’une petite collectivité qui prend forme sur l’île de Sable. Parmi les habitants de l’île, il y a la famille Farquhar : Isabella travaille à salaire comme cuisinière, ses filles, Alexina et Isabella Penny, reçoivent un salaire à titre de personnel de cuisine et son époux, James, fait partie de l’équipe de secours.

Au fil des ans, l’établissement de sauvetage se modernise et se professionnalise. McKenna améliore les communications à l’île en instaurant un système de signalisation utilisant des drapeaux le jour et des lumières, des fusées ou des flambeaux la nuit. Après avoir visité l’île en 1853 et avoir vu l’équipe sauver des vies avec seulement quelques cordes et les surf-boat qu’elle a elle-même construits, Dorothea Lynde Dix – une éminente philanthrope et réformatrice sociale de Boston – mène une campagne afin d’obtenir l’équipement dont l’équipe a grandement besoin, dont quatre bateaux de sauvetage en métal de Francis.

Les opérations de sauvetage côtier deviennent une responsabilité fédérale en 1867. Peu de temps après, le gouvernement construit deux phares sur l’île de Sable. Les communications sur l’île sont depuis longtemps difficiles. En 1884, Robert Jarvis Bouteillier, gouverneur nouvellement nommé, écrit au gouvernement pour demander des poteaux et des câbles afin de relier les phares et les stations. En 1905, les communications sans fil arrivent à l’île, et permettent de la relier au continent et au monde entier. D’autres percées technologiques, notamment l’invention du sonar, entraînent le déclin et l’obsolescence de l’établissement de sauvetage, qui cesse ses opérations en 1958.

Des techniciens du ministère des Transports arrivent sur une des plages de l’île de Sable. © Bibliothèque et Archives Canada/ B. Brooks/ 1959

Le Sable Island Humane Establishment (1801–1958) est désigné événement historique national en 2021. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada conseille le gouvernement du Canada sur la commémoration d’événements historiques nationaux qui évoquent des moments, des épisodes, des mouvements ou des expériences importantes de l’histoire du Canada.

Le Programme national de commémoration historique repose sur la participation des Canadiens pour identifier des lieux, des personnes et des événements d’importance historique nationale. Tout membre du public peut proposer un sujet pour considération à la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Voyez comment participer à ce processus.


Apprenez-en plus au sujet de l’approche de Parcs Canada sur l’histoire publique en consultant Le cadre pour l’histoire et la commémoration (2019) sur notre site web.
Date de modification :