Espèces aquatiques envahissantes (EAE)

Parc national Jasper

Protégez les eaux du parc

Vous pouvez empêcher les espèces aquatiques envahissantes de se propager! Avant votre arrivée, nettoyez, videz et faites sécher vos embarcations et tout le matériel que vous comptez mettre à l’eau dans le parc national Jasper.

Appliquez la règle Nettoyer-Vider-Faire sécher partout où vous allez!

Nettoyez

Nettoyez votre embarcation et votre matériel de loisirs nautiques pour en enlever la boue, le sable et les débris organiques.


Videz

Videz sur la terre ferme les glacières, les seaux, les compartiments et tous les autres articles qui pourraient contenir de l’eau avant de quitter le plan d’eau.


Faites sécher

Faites sécher les embarcations et le matériel de loisirs nautiques pendant 30 jours s’ils arrivent de l’extérieur de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, du Yukon ou des Territoires du Nord-Ouest. Le temps de séchage est de 48 heures pour les embarcations et le matériel de loisirs nautiques qui arrivent de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, du Yukon ou des Territoires du Nord-Ouest. Avant d’entrer dans un nouveau plan d’eau des parcs nationaux Yoho, Kootenay ou Banff, les embarcations et le matériel de loisirs nautiques doivent avoir séché pendant au moins 48 heures.


Espèces envahissantes préoccupantes les poste d’inspection

Poste d’inspection du camping Whistlers
  • 31 mai au 1er juillet : 9 h à 16 h
Le poste d’inspection de Lake Louise (Parc national Banff)
Embarcations sans moteur
  • 17 mai au 30 mai : sur rendez-vous
  • 31 mai au 30 septembre : 9 h 30 à 17 h
  • 1er octobre à la fin de la saison : sur rendez-vous
Le poste d’inspection du lac Minnewanka (Parc national Banff)
Embarcations à moteur et embarcations sans moteur
  • 1er mai au 16 mai : sur rendez-vous
  • 17 mai au 6 juin : 8 h à 16 h
  • 7 juin au 2 septembre : 7 h à 19 h
  • 3 septembre au 30 septembre : 8 h à 16 h
  • 1er octobre à la fin de la saison : sur rendez-vous

On trouve aussi des postes d’inspection dans les provinces de l’Alberta et de la Colombie-Britannique. Pour connaître leur accessibilité et leur emplacement, composez le 1-855-336-2628 (BOAT) en Alberta et le 1-888-933-3722 en Colombie-Britannique.

Si vous voyez des espèces aquatiques envahissantes dans le parc national Jasper, veuillez les signaler à l’adresse : reportAIS-signalerEAE@pc.gc.ca.

Pour en signaler à l’extérieur des parcs nationaux, composez le : 1-855-336-2628 (BOAT) en Alberta ou le 1-888-933-3722 en Colombie-Britannique.


Foire aux questions

Généralités

Qu’est-ce qu’une espèce aquatique envahissante?

Les écosystèmes aquatiques en santé sont essentiels à la santé globale de nos parcs nationaux, et ils sont menacés par les espèces aquatiques envahissantes. Les espèces aquatiques envahissantes (EAE) sont des plantes, des animaux ou des maladies non indigènes. Un grand nombre d’entre elles sont nuisibles aux écosystèmes d’eau douce. Les EAE se reproduisent rapidement. Elles ont rarement des prédateurs naturels et finissent souvent par supplanter les espèces d’eau douce indigènes.

Les espèces aquatiques envahissantes :

  • altèrent les écosystèmes aquatiques;
  • causent des dommages irréversibles;
  • nuisent à des espèces en péril déjà vulnérables;
  • sont introduites par les humains.
Comment le public peut-il contribuer à prévenir la propagation des espèces aquatiques envahissantes?

Nous pouvons tous contribuer à prévenir la propagation des EAE dans le parc national Jasper en appliquant le protocole Nettoyer-Vider-Faire Sécher et en obtenant un permis obligatoire de prévention des EAE pour l’ensemble des embarcations et du matériel nautique.

Si vous utilisez une embarcation et du matériel nautique, vous devez :

  • nettoyer votre embarcation et votre matériel nautique pour en enlever la boue, le sable et les débris organiques;
  • videz sur la terre ferme les glacières, les seaux, les compartiments et tous les autres articles qui pourraient contenir de l’eau avant de quitter le plan d’eau;
  • faire sécher pendant au moins 48 heures après utilisation en Colombie-Britannique, en Alberta ou dans les territoires du Canada, y compris dans les parcs nationaux, ET pendant au moins 30 jours après utilisation aux États-Unis, dans une province autre que la Colombie-Britannique ou l’Alberta ou dans un territoire du Canada.
Pourquoi certains visiteurs doivent-ils faire sécher leur embarcation et leur matériel pendant 48 heures alors que d’autres doivent plutôt le faire pendant 30 jours?

On demande aux visiteurs de faire sécher leurs embarcations et tout matériel nautique qui arrivent de l’extérieur de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Yukon ou des Territoires du Nord-Ouest pendant au moins 30 jours. Pour ceux qui arrivent de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Yukon ou des Territoires du Nord-Ouest, le temps de séchage requis est de 48 heures. Cela est dû au fait que le risque de présence de certains types d’espèces aquatiques envahissantes est plus élevé dans certaines régions, et les temps de séchage exigés contribuent à prévenir leur propagation.

Dois-je nettoyer, vider et faire sécher mon embarcation et mon matériel si je les utilise plus d’une fois dans un même plan d’eau?

Oui, il est recommandé de toujours nettoyer, vider et faire sécher votre embarcation et matériel nautique entre chaque utilisation, même si vous les utilisez dans le même plan d'eau. Cela aide à prévenir la propagation des espèces aquatiques envahissantes et permet de s’assurer que votre équipement est en bon état.

Parcs Canada inspecte-t-il les bateaux?

Oui, Parcs Canada procède à des inspections de bateaux. En 2024, le parc national Jasper dispose d’un poste d’inspection à cet effet au poste d’accueil du camping Whistlers. Le personnel de Parcs Canada inspecte, nettoie et décontamine les embarcations non motorisées et à propulsion électrique.

À quoi dois-je m’attendre au poste d’inspection de Parcs Canada?

Au poste d’inspection, vous trouverez des spécialistes de Parcs Canada qui sont formés pour inspecter les embarcations et le matériel nautique afin d’y détecter la présence d’EAE ou des traces de contamination possible par des EAE. Si les embarcations et le matériel nautique sont conformes au protocole Nettoyer-Vider-Faire Sécher et n’ont pas été utilisés dans des eaux à haut risque d’EAE, ils pourront être utilisés à des fins récréatives; s’ils ne sont pas conformes au protocole, les embarcations et le matériel peuvent subir un lavage à chaud ou une décontamination.

Ces inspections sont réalisées gratuitement pour les embarcations et le matériel nautique utilisés dans le parc national Jasper.

Les visiteurs doivent-ils obtenir un permis ou se soumettre à une inspection avant de s’adonner à des activités récréatives dans le parc national Jasper?

Le parc national Jasper collabore avec d’autres parcs nationaux des montagnes afin d’évaluer les programmes de certification et d’inspection et de trouver des stratégies efficaces de prévention et de gestion des espèces aquatiques envahissantes. À l’heure actuelle, les visiteurs ne sont pas tenus d’obtenir un permis ou de se soumettre à une inspection pour prévenir les espèces aquatiques envahissantes, mais ils sont fortement encouragés à le faire.

Espèces aquatiques envahissantes

Comment les espèces aquatiques envahissantes se propagent-elles?

Les espèces aquatiques envahissantes se propagent lorsque les gens transfèrent de la boue, de l’eau et des organismes vivants ou morts (comme des plantes et des poissons) d’un plan d’eau à l’autre au cours d’activités telles que la navigation de plaisance, le canot, le kayak, la planche à pagaie et la pêche. Les embarcations motorisées présentent le risque le plus élevé en raison de la complexité de leur structure et de leur système de propulsion.

Une inspection détaillée et des mesures de décontamination peuvent s’avérer nécessaires pour éliminer toutes les matières organiques.

Les visiteurs peuvent prévenir la propagation des espèces aquatiques envahissantes en appliquant les pratiques exemplaires Nettoyer-Vider-Faire Sécher et en se conformant aux exigences régionales et locales.

Quels sont les impacts des espèces aquatiques envahissantes?

Parcs Canada est responsable de la protection des écosystèmes aquatiques dans les parcs nationaux des montagnes. Les espèces aquatiques envahissantes se propagent souvent par le biais d’activités humaines, ce qui souligne l’importance de l’éducation du public et du respect des règles.

Par exemple, les moules envahissantes épuisent les nutriments essentiels aux espèces indigènes, y compris la truite arc-en-ciel de l’Athabasca, une espèce en voie de disparition. L’appauvrissement en nutriments touche l’ensemble du réseau trophique, altérant la chimie et la qualité de l’eau.

En outre, les espèces aquatiques envahissantes ont un impact considérable sur les loisirs aquatiques. Les coquilles des moules envahissantes rendent les plages impropres à la baignade, tandis que les lacs infestés de plantes aquatiques envahissantes ne sont plus propices à la navigation de plaisance. Les espèces de poissons envahissantes ou les parasites des poissons comme la maladie du tournis peuvent réduire ou éliminer les populations de poissons indigènes ciblées par la pêche sportive, limitant ainsi les possibilités de pêche sportive dans les parcs et les zones situées en aval.

Les moules envahissantes peuvent également présenter des risques pour les infrastructures hydrauliques, comme les systèmes d’irrigation et les barrages hydroélectriques.

Des moules envahissantes ont-elles déjà été trouvées près du parc national Jasper?

Parcs Canada procède régulièrement à des analyses pour détecter des moules envahissantes et le tournis des truites. À ce jour, la maladie du tournis et les moules envahissantes ne sont pas présentes dans le parc national Jasper.

Que peuvent faire les membres du public s’ils trouvent une EAE?

Pour aider à recenser les EAE, Parcs Canada demande aux membres du public de signaler les EAE qu’ils aperçoivent à l’adresse : reportAIS-signalerEAE@pc.gc.ca.

Pour les signalements, les renseignements suivants nous sont utiles :

  • l’emplacement exact (description pour atteindre l’endroit exact, coordonnées GPS, point sur une carte, etc.);
  • l’espèce et ses caractéristiques particulières (si elles sont connues);
  • la date et l’heure de l’observation;
  • des photos ou vidéos de bonne qualité pour nous aider à identifier l’espèce;
  • vos coordonnées pour vous contacter si nous avons des questions.

Date de modification :