Les paysages vivants de SG̱ang Gwaay : renforcer la terre et ses habitants dans un climat en mutation

Réserve de parc national, réserve d'aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas

À l’hiver 2018, une tempête de vent de la force d’un ouragan a fait tomber plus d’une centaine d’arbres à SG̱ang Gwaay Llnagaay, un site du patrimoine haïda, un site historique national et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO situé le long de la côte sud-ouest isolée de Gwaii Haanas. Cette tempête a causé des dommages importants à l’habitat d’espèces en péril ainsi qu’à des attraits culturels du site, notamment à des totems encore debout, à des vestiges de maisons longues et à une ancienne zone de culture. Des arbres massifs ont été déracinés, ce qui a soulevé les planchers anciens de maisons longues et exposé des artefacts culturels et des banques de semences d’une valeur inestimable. Les dégâts au chablis ont donné une excellente occasion de plonger plus profondément dans l’histoire du village et d’insuffler une gestion environnementale et culturelle haïda dans ce paysage.


Une occasion unique

Immédiatement après la tempête de 2018, une équipe du personnel de Gwaii Haanas, ainsi qu’un archéologue de Parcs Canada, sont allés sur les lieux pour évaluer les dommages, enlever les arbres dangereux et faire de l’archéologie d’urgence pour sauver des attraits culturels et des artefacts. Les fosses exposées des maisons longues et le sol environnant procurent une rare fenêtre sur les paysages culturels et écologiques de SG̱ang Gwaay façonnés par plus de 12 000 ans d’exploitation et de gestion des ressources par les Haïdas.

Dégâts causés par la tempête sur et derrière le site du village. © Parcs Canada, R. Gruys

Financement du projet

© Parcs Canada, S. Fung

En partenariat avec le Haida Gwaii Museum, l’équipe de Gwaii Haanas a réussi à obtenir des fonds du programme Nature Legacy pour entreprendre trois années de travaux archéologiques et de remise en état. La vision consiste à restaurer SG̱ang Gwaay d’une manière qui soit guidée par la loi haïda et qui renforce l’utilisation culturelle continue du village. La remise en état honorera l’utilisation passée et sera guidée par celle-ci, tout en soutenant l’utilisation actuelle et future par les Haïdas et les visiteurs de Gwaii Haanas.

Aperçu du projet

 © Parcs Canada, S. Fung

L’objectif du projet est d’étudier le site du village de SG̱ang Gwaay et les zones environnantes afin de mieux comprendre l’utilisation et la gestion des ressources par les Haïdas au cours des derniers millénaires. Les archéologues, ainsi que le personnel du Haida Gwaii Museum et de Gwaii Haanas, examinent les archives écologiques et culturelles de SG̱ang Gwaay afin d’avoir un aperçu de la résilience au changement climatique de la terre, de la mer et des habitants sur une longue période. Ce travail de terrain est guidé par le personnel haïda, les gardiens de Haida Gwaii et les experts en ressources culturelles haïdas. Les connaissances acquises grâce à ce travail guideront l’objectif à plus long terme de restaurer SG̱ang Gwaay en un paysage écoculturel florissant.

Archéologie

L’équipe d’archéologues travaillant dans et autour de la fosse de la maison longue exposée de Naa G̱a Agang, la maison des gens qui souhaitent être là. © Parcs Canada, S. Fung

 

La saison des travaux sur le terrain de 2021 a porté sur deux anciennes fosses de maisons longues, la maison des gens qui souhaitent être là (maison 10) de Naa G̱a Agang et la maison du tonnerre (maison 3) de Naa Gud Hiilangs. Des travaux d’excavation et de cartographie se font dans les mottes de racines de l’arbre renversé. Cette approche opportuniste diffère de l’archéologie conventionnelle qui procède par la fouille à partir de la surface du sol, puis plus profondément. Creuser à partir du bas vers le haut, vers le plancher exposé de la maison, permet à l’équipe de voir le dessous préservé des lames de bois du plancher et comment étaient disposés les artefacts sous et entre le bois. L’équipe du projet a également effectué des tests préliminaires sur des terrasses de plage surélevées, qui étaient des plages à des époques où le niveau de la mer était plus élevé. On a ainsi pu découvrir quelques artefacts souterrains et mettre au jour le site d’une carrière de quartz et une zone d’abri sous roche.

 

Une sculpture en argilite trouvée dans les lames de plancher exposées de la maison des gens qui souhaitent être là de Naa G̱a Agang. © Parcs Canada, Gwaii Haanas CRM Team

Activités de remise en état

Les ressources culturelles et naturelles de Sg̱ang Gwaay sont susceptibles d’être endommagées par des espèces envahissantes introduites, ainsi que par l’intensification du changement climatique. Les activités de remise en état aideront à remédier à ces dommages. SG̱ang Gwaay est un important lieu de reproduction pour plusieurs milliers de couples d’oiseaux marins, y compris des espèces en péril comme le guillemot à cou blanc. C’est également l’une des rares îles de Gwaii Haanas à ne pas être envahie par les rats et des mesures de biosécurité contribueront à la maintenir ainsi. L’éradication du cerf à queue noire de Sitka, une espèce envahissante, permettra aux plantes indigènes de prospérer et de reconstituer le sous-bois. La remise en état comprend également l’étude des activités de gestion de l’environnement passées afin d’élaborer des stratégies d’atténuation des effets du changement climatique. Par exemple, l’équipe du projet examinera comment réduire la projection du vent sur les arbres de la forêt environnante afin d’éviter d’endommager davantage les attraits culturels et l’habitat des espèces en péril.

Prochaines étapes

© Parcs Canada, S. Fung

Jusqu’à présent, des milliers d’artefacts ont été découverts sur le site, entre autres des outils en os de mammifères, des perles de commerce, des boutons, des fragments de métal, une plaque de mousquet, ainsi qu’une magnifique sculpture en argilite. Diverses concentrations de graines ont également été mises au jour et des analyses sont en cours pour identifier toute la matière végétale. Le traitement et l’analyse des artefacts ont lieu au Haida Gwaii Museum, qui est la demeure légitime des artefacts culturels haïdas. Les travaux archéologiques de terrain se poursuivront au cours des étés 2022 et 2023, et la restauration des structures des maisons du village aura également lieu en 2023. La collection Les paysages vivants de SG̱ang Gwaay sera hébergée en permanence au Haida Gwaii Museum.

Partenaires du projet

Certains des partenaires du projet Les paysages vivants sur le site en août 2021. © Parcs Canada, S. Fung

Il faut beaucoup de bonnes personnes travaillant ensemble pour gérer un lieu de renommée internationale aussi riche culturellement que SG̱ang Gwaay – les collaborations et les partenariats sont la clé de la réussite. La Nation haïda, le gouvernement du Canada et le Haida Gwaii Museum sont fiers de s’unir pour contribuer à rétablir SG̱ang Gwaay en un paysage écoculturel florissant. Ces partenaires s’appuieront sur l’expertise de divers détenteurs de connaissances, notamment les aînés haïdas et les gardiens de Haida Gwaii, ainsi que d’autres experts de la Laskeek Bay Conservation Society, de la forêt de Taan et de l’Université Memorial.

 


Pour vous renseigner davantage sur ce projet, veuillez écrire à Nadine Wilson à l’adresse nadine.wilson@pc.gc.ca, ou à Camille Collinson à l’adresse camille.collinson@pc.gc.ca

Regarder la présentation de la série de conférences. En anglais seulement


SG̱ang Gwaay fait référence à l’île SG̱ang Gwaay
SG̱ang Gwaay Llnagaay fait référence au site d’un village sur SG̱ang Gwaay

Date de modification :