X̱aayda Gwaay.yaay Ḵuugaay Gwii Sdiihltl’lx̱a Le retour des loutres de mer à Haida Gwaii

Réserve de parc national, réserve d'aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas

Ḵu;Ḵuu have returned to Haida Gwaii

Comment prononcer X̱aayda Gwaay.yaay Ḵuugaay Gwii Sdiihltl’lx̱a en X̱aayda Kil

Ce qui signifie «Le retour des loutres de mer à Haida Gwaii»

Plongée loutre de mer - Yahl ‘Adaas Cori Savard

Les ḵuḵuu sont de retour à Haida Gwaii

Les ḵuḵuu loutres de mer reviennent à Haida Gwaii – elles migrent depuis la côte centrale de la Colombie-Britannique, de l’extrémité nord de l’île de Vancouver et peut-être même du sud-est de l’Alaska. Les ḵuḵuu reviennent de leur propre chef, se réinstallant dans leurs domaines vitaux historiques. On sait maintenant que les kukuu sont de retour à Gwaii Haanas.On s’attend à ce qu’il faille des décennies pour que le nombre d’individus augmente. Pendant ce temps, nous pouvons en apprendre sur elles, envisager les conséquences futures et élaborer des plans.

Gwaii Haanas travaille de concert avec le Conseil de la Nation haïda pour explorer des moyens d’aborder le retour des ḵuḵuu. En 2020, Gwaii Haanas et le Conseil de la Nation haïda ont lancé le projet X̱aayda Gwaay.yaay Ḵuugaay Gwii Sdiihltl’lx̱a, le retour des loutres de mer à Haida Gwaii.

Continuez à lire pour en savoir plus sur cette importante initiative. Du contenu similaire est également disponible sur le site du Conseil de la Nation haïda. 

Leur coexistence avant le commerce des fourrures

Les Haïdas et les ḵuḵuu ont une longue histoire commune. Avant le commerce des fourrures marines dans les années 1700 et 1800, les Haïdas et les ḵuḵuu coexistaient depuis des milliers d’années. Les ḵuḵuu faisaient partie intégrante des écosystèmes qui fournissaient de la nourriture et des ressources à la société haïda durant toute cette époque. 

Les Haïdas et les ḵuḵuu vivaient en bon voisinage et mangeaient certains des mêmes fruits de mer, notamment les oursins, les palourdes, les crabes, les moules et les ormeaux. On les retrouve dans les récits haïdas et leurs fourrures étaient utilisées pour les costumes d’apparat. La chasse intense pratiquée à l’époque du commerce des fourrures marines, qui a entraîné l’extinction des ḵuḵuu des eaux de Haida Gwaii au début des années 1800, a perturbé cette longue relation. Le retour des ḵuḵuu marque une phase importante dans cette relation de longue date.

Ḵu•Ḵuu en varech ©Niisii Guujaaw

Le retour des ḵu•ḵuu est un événement capital

Varech - SG̱idG̱ang.Xaal Shoshannah Greene

Les ḵuḵuu sont une espèce clé sur le plan culturel et écologique. Elles peuvent changer radicalement les lieux où elles vivent. Dans leurs nombreux habitats côtiers, les ḵuḵuu ont une grande influence sur les écosystèmes des forêts de varech, qui constituent un habitat essentiel pour de nombreuses espèces de poissons, d’invertébrés et de fruits de mer. Parmi les espèces dépendantes du varech qui revêtent une importance pour nous, notons l’ormeau, le sébaste, le hareng et le saumon.

Les forêts de varech contribuent également à protéger les rivages contre l’érosion en agissant comme brise-lames naturels face aux ondes de tempête. Elles absorbent le carbone de l’atmosphère en le transformant rapidement en matière végétale, alimentant ainsi les écosystèmes marins. Les forêts de varech, l’un des écosystèmes les plus productifs de la planète, offrent de nombreux avantages aux communautés et aux écosystèmes côtiers. Le bien-être des Haïdas, tout comme celui des animaux marins tels que les ḵuḵuu, les oursins, les harengs, les ormeaux, les saumons et bien d’autres, est interdépendant et lié aux forêts de varech. Gina ’waadlux̱an gud as kwaagid tout dépend de tout.

Forêt de varech. © Lynn Lee

Changements dans l’écosystème : disparition des ḵu•ḵuu

Oursins mangeant du varech. © Lynn Lee

La disparition des ḵu•ḵuu survenue au moment du déclin du commerce des fourrures marines a entraîné des changements considérables dans la vie sous-marine. Les ḵuḵuu sont l’un des très rares prédateurs d’oursins rouges géants, un mangeur de varech épineux. Sans ḵuḵuu pour manger ces oursins, leur nombre a explosé. Les oursins ont dévoré les forêts de varech, les réduisant à une infime partie de leur taille. Les forêts de varech sous-marines, autrefois luxuriantes, se sont transformées en landes d’oursins, c’est-à-dire en zones densément peuplées d’oursins. Les oursins rouges peuvent survivre longtemps dans un état dormant, sans nourriture, ce qui leur a permis de perdurer et d’empêcher la repousse des forêts de varech. D’autres changements ont également eu lieu. Les grands invertébrés que mangent les ḵuḵuu, comme l’ormeau, ont augmenté en nombre et ont changé leur comportement, s’adaptant à un écosystème sans ḵuḵuu.

Oursin rouge stérile. ©Lynn Lee

Le retour des ḵu•ḵuu et les changements possibles dans l’écosystème

Varech - SG̱idG̱ang.Xaal Shoshannah Greene

Le retour des ḵu•ḵuu, tout comme leur disparition antérieure, entraînera des changements dans l’écosystème de la zone côtière de Haida Gwaii. En nous appuyant sur ce qui se passe dans d’autres endroits où les ḵuḵuu sont revenues, nous nous attendons à ce que leur population augmente lentement au cours des prochaines décennies. Les ḵuḵuu modifient les endroits où ils prennent leur nourriture; toutefois, l’expansion de leur population sur l’ensemble de Haida Gwaii prendra du temps, probablement des décennies. Là où les ḵuḵuu se nourrissent, nous nous attendons à ce que les forêts de varech deviennent plus grandes, plus profondes et plus diversifiées. Nous nous attendons aussi à ce que les populations d’oursins diminuent considérablement et à ce que d’autres gros mollusques comme l’ormeau, les palourdes et les concombres de mer, diminuent en nombre et en taille.

Les ḵuḵuu modifieront également d’autres écosystèmes côtiers tels que les herbiers de zostères et les bancs de palourdes. Les herbiers de zostère devraient devenir plus diversifiés et plus sains. En retour, un habitat de zostère sain permettra de mieux nourrir les sébastes juvéniles, les saumons, les harengs, les crabes et bien d’autres espèces qui vivent dans les zostères. Les ḵuḵuu mangeront les palourdes des zones intertidales et subtidales, comme les palourdes jaunes et les palourdes du Pacifique, faisant en sorte de réduire le nombre et la taille des palourdes là où les ḵuḵuu s’alimentent. Dans la zone intertidale, leur recherche de nourriture se limite aux zones de marées hautes, lorsqu’il y a suffisamment d’eau pour qu’elles puissent plonger et creuser.

Sébaste juvénile dans le varech ©Emily Adamczyk 
Sébaste - SG̱idG̱ang.Xaal Shoshannah Greene

Dans d’autres parties de la côte où d’autres Premières Nations et les ḵuḵuu vivaient côte à côte, les bancs de palourdes étaient un outil de gestion important qui permettait à chacun de coexister et d’obtenir suffisamment de fruits de mer pour ses besoins. Cette stratégie de gestion, comme bien d’autres, a été utilisée par le passé pour faire en sorte que les personnes et les ḵuḵuu puissent à la fois se nourrir en quantité suffisante et maintenir un écosystème sain et équilibré. Les ḵuḵuu peuvent également nous aider à faire face aux nuisances causées par certaines espèces marines envahissantes, comme le crabe vert qui peut détruire les herbiers de zostère, en les mangeant. Il ne s’agit là que de quelques exemples de changements qu’il sera possible d’observer au fil du temps.

Varech. © Joe Crawford

Les changements peuvent être bons ou mauvais

Certains changements seront vus positifs et d’autres comme négatifs, en fonction de nos valeurs et de nos attentes actuelles.

Les responsables du Haida Fisheries Program et de Gwaii Haanas travaillent ensemble pour surveiller le retour des ḵuḵuu et étudier les effets de leur retour sur les terres, dans les eaux et parmi la population. Par ailleurs, nous écoutons aussi ce que les communautés de Haida Gwaii et les autres communautés qui vivent déjà avec les ḵuḵuu ont à dire afin d’en apprendre sur la façon de coexister avec elles. Plus nous en savons sur les ḵuḵuu dans nos eaux, mieux nous pouvons envisager les changements qui surviendront probablement, et mieux nous planifierons la coexistence future.

Une occasion de réfléchir et de réapprendre

La situation que nous vivons aujourd’hui est une occasion unique de déterminer les répercussions positives et négatives que le retour des ḵuḵuu aura sur l’écosystème de la région. Leur présence nous permet de réfléchir à nos relations passées avec les ḵuḵuu et de forger de nouvelles relations fondées sur les liens historiques et les valeurs de notre époque. Par le passé, les Haïdas utilisaient des méthodes nombreuses et diverses pour prendre soin de la terre et de la mer, tout en vivant aux côtés des ḵuḵuu. Nous pouvons nous appuyer sur cet apprentissage du passé et bâtir nos relations présentes et futures avec les ḵuḵuu. Il s’agit d’une chance unique de déterminer la façon de coexister avec elles. Il est temps de commencer à planifier le retour des ḵuḵuu à Haida Gwaii.

Loutre de mer au repos - Yahl ‘Adaas Cori Savard

 

Planifier ensemble notre coexistence future avec les ḵu•ḵuu

Varech. © Emily Adamczyk

Gwaii Haanas et le Conseil de la Nation haïda travaillent de concert pour explorer des moyens d’aborder le retour des ḵuḵuu par l’entremise du projet X̱aayda Gwaay.yaay Ḵuugaay Gwii Sdiihltl’lx̱a, le retour des loutres de mer à Haida Gwaii.

Ce projet met l’accent sur les discussions avec la communauté à propos de la coexistence actuelle et future avec les ḵuḵuu à Haida Gwaii. On s’attache également à rassembler les connaissances existantes sur la manière dont les ḵuḵuu ont influé sur d’autres écosystèmes, y compris les communautés humaines. Nous appliquerons cet apprentissage pour orienter la façon dont nous voulons que notre relation avec les ḵuḵuu se développe à Haida Gwaii.

Pendant les séances de consultation communautaire, le Conseil de la Nation haïda et de Gwaii Haanas est à l’écoute des attentes et des questions de la communauté et discute des options fondées sur la vision du monde, l’éthique et les valeurs des Haïdas, les connaissances culturelles et locales, et la science. 

Cliquez ici pour en savoir plus sur les prochaines séances d’engagement communautaire et sur les moyens de partager vos connaissances et vos opinions.

Varech. © Clint Johnson

 

Construction des modèles d’écosystème ḵu•ḵuu

nudibranche dans la zostère marine. © Emily Adamczyk

Outre la mobilisation communautaire, le Conseil de la Nation haïda et de Gwaii Haanas codirige également une autre partie du projet X̱aayda Gwaay.yaay Ḵuugaay Gwii Sdiihltl’lx̱a – Le retour des loutres de mer à Haida Gwaii qui aboutira à des modèles d’écosystème pour les ḵuḵuu à Haida Gwaii. L’équipe documente, analyse et modélise les changements écologiques, sociaux et culturels que les ḵuḵuu et nos activités devraient avoir sur les écosystèmes côtiers. Nous travaillons avec des détenteurs de savoir, des chercheurs et des universitaires, ainsi que des représentants du gouvernement, du secteur de la pêche, des organisations environnementales, des communautés côtières et d’autres tribus et nations, dont certains vivent déjà avec les ḵuḵuu. Les modèles d’écosystème des ḵuḵuu à Haida Gwaii qui en résultera intégrera de nombreuses connaissances et données et sera utilisé pour soutenir la planification de la gestion. 

Questions exploratoires et scénarios futurs possibles

Les modèles d’écosystème des ḵuḵuu nous permettra d’explorer ce qui devrait se produire dans le cadre de différents scénarios de gestion et de l’évolution des conditions environnementales en raison des changements climatiques. Nous pouvons examiner les répercussions sur les pêches importantes, y compris les pêches traditionnelles haïdas et les pêches commerciales. Nous pouvons explorer les répercussions de différents scénarios et stratégies de gestion marine sur les ḵuḵuu, le varech, l’ormeau, les palourdes, le sébaste et les personnes. À l’aide des modèles, nous serons en mesure de générer des cartes et des diagrammes pour nous aider à visualiser et à comprendre un système très complexe dans un monde en constante évolution. Les modèles d’écosystème des ḵuḵuu sera un outil précieux pour éclairer les décisions de gestion concernant nos précieuses ressources marines et nous aider à prendre des décisions conformes aux valeurs haïdas.

Une foule de questions sur le retour des ḵu•ḵuu 

Le retour des ḵuḵuu suscite de nombreuses questions. 

Les coquillages comme l’ormeau continueront-ils à se reconstituer?

S’il y a davantage de varech, est-ce qu’il y aura plus de poissons?

Le retour des ḵuḵuu menacera-t-il ou favorisera-t-il notre sécurité alimentaire?

Quelle est la place accordée à la gestion traditionnelle des ḵuḵuu dans notre plan d’action?

Et bien d’autres encore.

Les réponses à ces questions sont complexes. Cependant, nous avons à portée de main de grandes richesses : le savoir traditionnel des Haïdas de la vie marine, ainsi que les connaissances locales et les connaissances scientifiques, qui nous aideront à comprendre les changements et nous guideront dans ce retour à la cohabitation avec les ḵuḵuu. Nous disposons de données de recherche et de surveillance sur les poissons, les forêts de varech, les mollusques et la biodiversité générale des écosystèmes de Gwaii Haanas, de Haida Gwaii et d’autres zones côtières où les ḵuḵuu se sont établies. 

L’approche du Conseil de la Nation haïda et de Gwaii Haanas concernant le retour des ḵuḵuu suivra des principes ancrés dans la culture haïda et la gestion écosystémique, et sera guidée par le plan de gestion Gina’waadlux̱an KiluhlG̱uhlG̱a Land-Sea-People de Gwaii Haanas. Les principes directeurs de Giid tlljuus équilibre, Gina ’waadlux̱an gud ad kwaagid interconnexion, ’Laa guu ga ḵanllns responsabilité, Yahguudang respect, Gina k’aadang.nga gii uu tll k’anguudang à la recherche de sages conseils, Isda ad dii gii isda donner et recevoir continueront à nous permettre d’aller de l’avant.

 

Les Haïda et les ḴuḴuu à Haida Gwaii – une chronologie

Les Haïdas et les ḵu•ḵuu ont coexisté pendant des millénaires. Les 150 ans d’absence des ḵu•ḵuu de Haida Gwaii ne sont qu’un court chapitre de notre longue relation avec les ḵu•ḵuu. 
Il y a 10 000 ans
Les Haïdas et les ḵu•ḵuu coexistaient à Haïda Gwaii. 
La présence de personnes, la chasse et d’autres activités ont fait fuir les ḵu•ḵuu des zones importantes de récolte de nourriture. 
D’autres stratégies comme les jardins de palourdes ont probablement contribué à préserver les zones de récolte de palourdes.

Fin des années 1700 et 1800 
Les ḵu•ḵuu ont été chassés intensivement durant la période active de chasse liée au commerce maritime de la fourrure.
Sur le plan écologique, les ḵu•ḵuu sont disparues des eaux locales. 
La quantité de Guudangee•Guuding.ngaay et d’autres mollusques a commencé à augmenter. 
Les forêts de varech ont commencé à décliner.
 
Les années 1900
Les Guudangee•Guuding.ngaay et autres coquillages ont considérablement augmenté.
Les forêts de varech ont continué à décliner, ce qui a eu des conséquences sur le sébaste, le hareng et le saumon.
De la fin des années 1960 au début des années 1970
Des ḵu•ḵuu ont été relocalisées des îles Aléoutiennes, en Alaska tout au long de la côte ouest, y compris la côte ouest de l’île de Vancouver, près de Kyuquot.
 
Entre 2000 et 2010
Des ḵu•ḵuu mâles ont été repérés à quelques reprises près de Haida Gwaii.
 
Milieu des années 2010 
Pour une première fois depuis plus de 100 ans, des mères et des petits ont été observés dans les eaux de Haida Gwaii.  
2017
Cinq ḵu•ḵuu, dont au moins une mère et son petit, ont été repérées à Gwaii Haanas. 
Un premier modèle de croissance démographique interactif a été élaboré pour les ḵu•ḵuu de Haida Gwaii. 
 
2019 
Treize ḵu•ḵuu ont été observées, dont une mère et son petit, au cours d’une étude collaborative menée par le Conseil de la Nation haïda, le ministère des Pêches et des Océans et Agence Parcs Canada à Gwaii Haanas. 
Le Conseil de la Nation haïda et les représentants de Gwaii Haanas s’accordent à dire que les ḵu•ḵuu se sont à nouveau établis autour de Haida Gwaii.  
 
2020-21
Lancement du projet X̱aayda Gwaay.yaay Ḵuugaay Gwii Sdiihltl’lx̱a ou Les loutres de mer sont de retour à Haida Gwaii. Des discussions ont lieu avec la communauté au sujet de la coexistence actuelle et future avec les ḵu•ḵuu à Haida Gwaii.

2022-2023 
Le Conseil de la Nation haïda et de Gwaii Haanas tient un certain nombre d’activités pour discuter de la population croissante des ḵu•ḵuu et planifier la coexistence. 
Les citoyens haïdas et les résidents de Haida Gwaii font part de leurs valeurs, de leur savoir et de leurs points de vue sur les ḵu•ḵuu et les écosystèmes côtiers afin de soutenir la planification de la gestion. 
Les communautés explorent les gains et les pertes associés aux divers scénarios possibles de coexistence avec les ḵu•ḵuu à Haida Gwaii.
Le Conseil de la Nation haïda et de Gwaii Haanas travaille avec de nombreux partenaires pour intégrer les connaissances sur les ḵu•ḵuu dans un modèle d’écosystème-kuu. 
 
Attentes pour 2024 et au-delà
La population des ḵu•ḵuu à Gwaii Haanas devrait croître lentement au fil des décennies.
On s’attend à ce que de petits groupes s’établissent dans certaines zones de Gwaii Haanas où de la nourriture est disponible et où les conditions sont favorables.
Les forêts de varech seront plus grandes, plus profondes et plus diversifiées.
Il y aura un déclin des populations d’oursins et de coquillages.
L’habitat des espèces associées au varech comme le sébaste, le hareng juvénile, le saumon juvénile, la morue noire juvénile et l’ormeau s’améliorera.
Les connaissances sur les ḵu•ḵuu et les écosystèmes côtiers se multiplient et servent à la planification.
Le modèle d’écosystème ḵu•ḵuu est utilisé comme un outil pour explorer les scénarios de gestion et soutenir la prise de décision.
Des mesures de gestion seront mises en œuvre par les décideurs de Haida Gwaii.
 

De nombreuses bonnes personnes travaillent ensemble

Ce projet est dirigé par le Conseil de gestion de l’archipel de Gwaii Haanas et financé par Patrimoine naturel, un programme national de protection de la nature de Parcs Canada.

Liste des nombreux partenaires contribuant à ce travail :

Gwaii Haanas Archipelago Management Board (Council of the Haida Nation, Parks Canada, Fisheries and Oceans Canada)
Gwaii Haanas Field Unit Parks Canada
Haida Fisheries Program of the Council of the Haida Nation
Haida Marine Planning of the Council of the Haida Nation
Haida Hereditary Chiefs
Uu-a-thluk (Taking care of), Nuu-chah-nulth Fisheries
Heiltsuk Integrated Resource Management Department
Indigenous People’s Council for Marine Mammals & Sealaska Heritage Institute
Underwater Harvesters Association & West Coast Geoduck Research Corporation
Pacific Urchin Harvesters Association
Pacific Sea Cucumber Harvesters Association
Marine Invertebrate Section of Fisheries and Oceans Canada
Marine Spatial Ecology and Analysis Section of Fisheries and Oceans Canada
Aquatic Ecosystem & Marine Mammals Section of Fisheries and Oceans Canada
Shellfish Fisheries Management of Fisheries and Oceans Canada
Hakai Institute
Nature United
Marine and Coastal Resources Group of the Province of BC
Dalhousie University
Simon Fraser University
Vancouver Island University
University of British Columbia
University of Victoria
University of Guelph
University of Waterloo
Florida State University
University of Alaska Fairbanks
University of California, Santa Barbara
Nhydra Consulting
Scitech Consulting

varech - hlḵyama • hlkáam
varech - ngaal • ngáal
oursin rouge - guudangee.guuding.ngaay
oursin violet - daws styuu • stuu xasáa
oursin vert - styuu • stuu
ormeau - G̱aalG̱ahlyan • gálgahl’yaan
bar d’Amérique - Sgaadang.nga • k’aalts’idaa (unidentified rf)
sourcil de varech - kij • kiijii
morue-lingue - Skaynang • skáynaan
zostère marine - t’aanuu • t’anúu
palourde intertidale - k’yuu • k’yúu
fausse-mactre - k’yuu ‘yuwG̱an • skáw
panope du Pacifique - skaw • stan
concombre de mer - G̱iinuu • yáanuu
poulpe - naaw • nuu
saumon - chiina • chíin
hareng - iinang • íinang

Resources:

Date de modification :