Mobilisation communautaire et publique sur l’accès au littoral à partir de la route Watts dans le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard

Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard

Invitation à participer au sondage

Parcs Canada aimerait obtenir des commentaires sur l’accès au littoral dans le secteur de la route Watts, dans le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, et sur une solution viable qui permettrait un accès à faible incidence au littoral à partir de la route Watts tout en assurant la protection de l’intégrité écologique de ce secteur sensible de zone I – Préservation spéciale. 

La promenade de bois à la route Watts a atteint la fin de son cycle de vie et présente un risque pour la sécurité des visiteurs. Par conséquent, la promenade devait être mise hors service au printemps 2021. À la lumière des commentaires de la municipalité locale, des résidents et d’autres parties intéressées, Parcs Canada a mis en suspens la décommission de cette infrastructure afin de disposer de plus de temps pour faire participer la communauté et recevoir les commentaires des parties intéressées. Au cours de l'été et au début de l'automne 2021, Parcs Canada a entrepris un exercice visant à réexaminer la décision concernant le retrait de la promenade de bois et à s'assurer que nous tenions compte de toutes les options possibles. Le réexamen nous a permis de conclure qu’il n’est pas possible de remplacer la promenade de bois actuelle compte tenu de l’écosensibilité du secteur et du mandat que nous confère la loi, soit de protéger ces secteurs pour le peuple canadien. C’est pourquoi nous voulons recueillir des commentaires constructifs en ce qui concerne l’accès à la côte à partir de Watts Road via le corridor de la délimitation du parc national de l'Île-du-Prince-Édouard.

Parcs Canada s’engage à travailler avec la municipalité, les résidents du secteur et les autres parties intéressées afin de trouver une solution viable qui permettrait un accès à faible incidence au littoral à partir de Watts Road tout en assurant la protection de l’intégrité écologique de ce secteur sensible du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard.

Vous êtes invités à en apprendre davantage sur le secteur de la route Watts et à formuler vos commentaires par un sondage en ligne . Le sondage sera accessible du 26 novembre 2021 au 14 janvier 2022. 

Contexte

La protection de l’intégrité écologique est un mandat que Parcs Canada s’est vu conférer par la loi

Le secteur de la route Watts, situé dans le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, abrite un écosystème fragile et rare, dont un marais à canneberges et un milieu humide qui ont été désignés comme des secteurs préoccupants devant être protégés. Ces milieux humides sont sensibles à l’activité humaine, et même la moindre perturbation peut y avoir des effets néfastes. Comme l’indique le Plan directeur 2017 du parc national du Canada de l’Île-du-Prince-Édouard le secteur de la route Watts fait partie de la zone I – Préservation spéciale. La zone I constitue la catégorie la plus protégée du système de zonage de Parcs Canada. Elle englobe les secteurs du parc qui abritent les meilleurs exemples des caractéristiques de la région naturelle ou qui contiennent des caractéristiques naturelles ou culturelles rares ou exceptionnelles. Cette désignation peut par ailleurs être utilisée pour protéger des secteurs qui sont trop fragiles pour y aménager des installations ou y accueillir un grand nombre de visiteurs. Dans les secteurs de zone I, la préservation est la principale préoccupation en matière de gestion. De plus, la Gazette du Canada[1] précise que le littoral du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, dans le secteur de la route Watts, constitue un habitat essentiel pour le pluvier siffleur (une espèce en voie de disparition) et qu’au cours des dernières années, des activités de nidification ont eu lieu dans les environs immédiats. 

La promenade de bois de la route Watts traverse la zone I – Préservation spéciale :

Plan de Chemin Watts, Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard.

Parcs Canada s’est vu conférer par la loi le mandat de protéger l’intégrité écologique et d’améliorer la santé de l’écosystème du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. Un des moyens pour y arriver est d’améliorer l’intégrité de l’écosystème côtier. Grâce à la protection des secteurs côtiers, nous pouvons accroître la résilience du parc et du littoral face aux répercussions des changements climatiques, comme l’érosion côtière accrue. Les effets des changements climatiques sur les lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada sont complexes, mais ce dernier s’est engagé à intégrer dans son travail des mesures d’atténuation et d’adaptation. Le réseau d’aires protégées du Canada contribue à la protection et au rétablissement d’écosystèmes sains et résilients, et fait partie d’une solution naturelle aux changements climatiques.

Aux termes de la loi, tous les parcs nationaux doivent se doter d’un plan directeur pour orienter les décisions de gestion. Lors de l’élaboration du Plan directeur du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard  qui a été déposé au Parlement en 2017 et qui comprend ces zones, Parcs Canada a mené de vastes consultations auprès des Premières Nations, des résidents de l’île et de la population canadienne. Le plan présente les stratégies clés, les objectifs et les cibles permettant d’orienter la gestion du parc et la prise de décisions pour une période de dix ans. De plus, il encadre la gestion du secteur de la route Watts situé dans le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. La stratégie clé no 2 du Plan énonce explicitement ce qui suit :

  • « la santé des écosystèmes du littoral, des milieux humides, d’eau douce et de forêt fera l’objet d’une surveillance pendant la durée du plan directeur et, au besoin, des mesures de rétablissement et de gestion seront prises pour en maintenir ou en améliorer l’état »;
  • « les recherches et les prévisions liées aux changements climatiques seront intégrées à la prise de décisions sur la gestion des ressources naturelles et culturelles »; 
  • « l’érosion des côtes est abordée d’abord et avant tout par la restauration et le retrait »; 
  • « les installations/infrastructures menacées par l’érosion côtière sont déplacées vers l’intérieur des terres afin d’assurer la sécurité des visiteurs et de protéger les ressources naturelles et culturelles ».
La promenade de bois actuelle à la route Watts traverse un milieu humide et un marais à canneberges qui font partie d’une zone de préservation spéciale ; le fait de remplacer les infrastructures dans ce milieu protégé ne cadre pas avec le mandat de Parcs Canada ou avec son engagement visant à protéger l’intégrité écologique. Le retrait de cette infrastructure permettra d’améliorer l’intégrité de l’ensemble de l’écosystème côtier du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard et d’accroître la résilience des côtes du parc national face aux répercussions des changements climatiques, comme l’érosion côtière accrue et les inondations fluviales. 

Accès au littoral à partir de la route Watts 

Il y a une promenade de bois de 200 mètres de long à la route Watts à Tracadie (Île du Prince Édouard) qui traverse un milieu humide dans le secteur, et qui a fourni depuis longtemps un accès piétonnier au littoral du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. La promenade de bois est utilisée principalement par les résidents de la municipalité rurale de North Shore. Elle a atteint la fin de son cycle de vie ; le fait de remplacer l’infrastructure qui se trouve dans ce secteur fragile qui fait partie d’une zone de préservation spéciale du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard ne cadre pas avec le mandat de protection de l’intégrité écologique que Parcs Canada s’est vu conférer par la loi.  

Vue aérienne de Tracadie, parc national de l'Î.-P.-É.

Plan de Chemin Watts, Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard.

À la lumière d’une récente Évaluation d’impact écologique et d’un examen approfondi des caractéristiques de l’écosystème de ce secteur, nous arrivons à la conclusion qu’il ne sera pas possible de tracer un autre chemin qui traverse l’habitat de zone I ou qui aboutit au même endroit sur la côte. Parcs Canada est favorable au maintien de l’accès pour piétons à la côte à partir de la route Watts, et le corridor de délimitation (en jaune sur la carte) est l’option qui reflète cette intention tout en respectant le mandat qui lui est conféré par la loi dans l’intérêt de la population canadienne. 

Commentaires et foire aux questions (FAQ)

En ce qui concerne l’accès au littoral à partir de la route Watts, Parcs Canada a reçu de nombreux commentaires, questions et suggestions de la part de parties intéressées. Le conseil municipal de North Shore et des membres de la collectivité, y compris des résidents de la route Watts, ont souligné l’importance de ce secteur et exprimé leurs préoccupations, leur intérêt à l’égard du processus visant à déterminer la viabilité d’accès au littoral à partir de la route Watts à l’avenir et le désir d’en apprendre davantage sur le sujet. À la lumière des commentaires reçus, Parcs Canada a décidé de reporter le retrait de l’infrastructure, et son personnel a parcouru le secteur de long en large, réexaminé l’Évaluation d’impact écologique, analysé les options, revu ses propres processus, examiné des solutions de rechange pour l’accès au littoral et confirmé les options permises par la loi dans ce secteur de zone I – Préservation spéciale. Malheureusement, le remplacement de promenade de bois actuelle n’est pas viable, et un autre itinéraire qui traverserait la zone 1 vers le nord à partir de la route Watts n'est pas possible.

Voici des questions le plus fréquemment posées concernant l’accès au littoral à partir de la route Watts dans le parc national du Prince-Édouard. Nous voulons communiquer ce que nous avons entendu et présenter le contexte ainsi que des renseignements qui aideront le public à mieux comprendre la situation actuelle et les solutions que nous avons examinées. Nous vous invitons à consulter les réponses de Parcs Canada à ces questions courantes. 

Q. Pourquoi Parcs Canada retire-t-il la promenade de bois ?

R. La promenade de bois traverse un milieu humide et un marais à canneberges qui se trouvent dans un secteur de zone I – Préservation spéciale. La zone I est la catégorie qui assure le plus de protection dans le système de zonage de Parcs Canada. Les lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada sont classés en fonction des exigences liées à la protection de l’écosystème et des ressources culturelles, mais aussi de leur capacité d’accueil et de leur caractère approprié pour l’expérience du visiteur.
Depuis la création du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, le mandat principal de Parcs Canada a été réorienté pour privilégier la conservation, la protection et l’intégrité écologique. Il en résulte que les infrastructures et le lieu où elles ont été placées ne sont plus nécessairement conformes à la loi ou conseillés à la lumière des dernières données scientifiques sur les écosystèmes côtiers et la vulnérabilité liée aux changements climatiques.

Parcs Canada s’est vu conférer par la loi le mandat de protéger l’intégrité écologique. Son réseau de parcs nationaux est parmi les seuls au monde à pouvoir compter sur un programme de surveillance et de production de rapports en matière d’intégrité écologique, s’appuyant sur plus de 700 mesures scientifiques qui éclairent les priorités propres à chaque parc et qui orientent les interventions en matière de rétablissement. Les milieux humides du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard font partie des milieux devant être protégés, vu la tendance à la dégradation de leur intégrité écologique. Ces milieux sont particulièrement sensibles à l’activité humaine, et même la moindre perturbation peut y avoir des effets néfastes. La promenade de bois actuelle traverse un milieu humide et un marais à canneberges ; le fait de remplacer les infrastructures ne cadre pas avec le mandat de Parcs Canada ou avec son engagement, soit d’avoir comme priorité absolue de protéger le patrimoine naturel et culturel des aires protégées et de veiller à en préserver la santé et l’intégrité. Le retrait de cette infrastructure permettra d’améliorer l’intégrité de l’ensemble de l’écosystème côtier du parc national de l’Île du Prince-Édouard et d’accroître la résilience de nos côtes face aux répercussions des changements climatiques, comme l’érosion côtière accrue et les inondations fluviales. Le réseau d’aires protégées du Canada contribue à la protection et au rétablissement d’écosystèmes sains et résilients, et fait partie d’une solution naturelle aux changements climatiques.

Q. Pourquoi n’est-il pas possible d’utiliser le même tracé ou de trouver un chemin similaire vers le nord pour accéder au même secteur du littoral ? 

R. L’infrastructure sur le chemin à la route Watts se trouve dans un secteur de zone I – Préservation spéciale. Malheureusement, la promenade de bois actuelle n’est pas viable. On ne peut pas créer un chemin sur le même tracé au sol ou un autre chemin qui traverse la zone I – Préservation spéciale pour aller vers le nord à partir de la route Watts. 

Le Plan directeur du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard oriente la prise de décisions de gestion concernant le parc, notamment le secteur de la route Watts. La stratégie clé no 2 du Plan énonce explicitement ce qui suit :

  • « la santé des écosystèmes du littoral, des milieux humides, d’eau douce et de forêt fera l’objet d’une surveillance pendant la durée du plan directeur et, au besoin, des mesures de rétablissement et de gestion seront prises pour en maintenir ou en améliorer l’état »;
  • « les recherches et les prévisions liées aux changements climatiques seront intégrées à la prise de décisions sur la gestion des ressources naturelles et culturelles »; 
  • « l’érosion des côtes est abordée d’abord et avant tout par la restauration et le retrait »; 
  • « les installations/infrastructures menacées par l’érosion côtière sont déplacées vers l’intérieur des terres afin d’assurer la sécurité des visiteurs et de protéger les ressources naturelles et culturelles ».

La promenade de bois actuelle depuis le chemin Watts traverse un milieu humide et un marais à canneberges qui font partie d’une zone de préservation spéciale ; le fait de remplacer les infrastructures dans ce secteur protégé ne cadre pas avec le mandat de Parcs Canada ou avec son engagement visant à protéger l’intégrité écologique. Le retrait de cette infrastructure permettra d’améliorer l’intégrité de l’ensemble de l’écosystème côtier du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard et d’accroître la résilience de nos côtes face aux répercussions des changements climatiques, comme l’érosion côtière accrue et les inondations fluviales.

Parcs Canada assure la protection de la zone I – Préservation spéciale dans l’intérêt collectif. Par ailleurs, il a créé des offres dans le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard pour que la population canadienne puisse profiter de la nature dans des secteurs du parc qui sont moins fragiles sur le plan écologique. Pour réaliser des progrès, des projets d’infrastructure dans les parcs nationaux doivent présenter des avantages concrets pour le peuple canadien.

Compte tenu des restrictions juridiques interdisant l’aménagement d’infrastructures dans les secteurs de la zone I – Préservation spéciale, le sentier actuel longeant le corridor de délimitation est la seule option qui donne un accès piétonnier à la côte depuis le chemin Watts.

Q. Pourquoi Parcs Canada ne peut-il tout simplement pas réparer la promenade de bois comme il l’a fait auparavant ? Pourquoi la promenade de bois doit-elle être retirée maintenant ?

R. La promenade de bois à la route Watts a atteint la fin de son cycle de vie et présente un risque pour la sécurité des visiteurs. Étant donné l'état de délabrement avancé et compte tenu du fait que l'infrastructure est située dans une zone I – Préservation spéciale où l'infrastructure ne doit pas être placée, Parcs Canada est en mesure de démanteler la promenade.

Parcs Canada est responsable devant les contribuables et s’est vu conférer par la loi le mandat de protéger l’intégrité écologique. Comme nous protégeons ces secteurs au profit de la population canadienne, nous bénéficions de son soutien et de sa confiance.

Nous sommes conscients que, pour différentes raisons, l’accès au bord de mer est important pour les résidents de la route Watts. Nous soutenons la fourniture continue d’un l’accès au littoral à partir de la route Watts, conformément au mandat qui nous a été conféré par la loi et au zonage de ce secteur du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard.

Q. La situation concernant cette promenade n’est-elle pas comparable à celle de la promenade flottante située dans le secteur de Greenwich du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard ? La promenade flottante ne se trouve-t-elle pas aussi dans la zone 1 ?

R. La promenade flottante qui se trouve dans le secteur de Greenwich du parc national de l’Île du Prince-Édouard traverse un étang, et non un marais, un creux dunaire et un marais à canneberges, comme c’est le cas pour l’infrastructure à la route Watts. La promenade flottante se trouve dans une zone II – Milieu sauvage, alors que le chemin et la promenade de bois à la route Watts se trouve dans une zone I – Préservation spéciale, soit la catégorie qui assure le plus de protection dans le système de zonage de Parcs Canada. La promenade de Greenwich a été aménagée dans un endroit stratégique afin de protéger et de mettre en valeur l’écosystème, et constitue un porte-étendard de l’offre faite par Parcs Canada pour sensibiliser le public aux écosystèmes côtiers. Au moment de l’inscription de Greenwich dans la Gazette du Canada et de son zonage, il était intentionnellement prévu que la promenade serait désignée zone II – Milieu sauvage aux fins d’éducation du public. 

Qu’en pensez-vous ?

Parcs Canada accorde de l’importance aux opinions des intervenants et aimerait connaître l’avis des parties intéressées au sujet de l’accès au littoral à partir de la route Watts, dans le parc national de l’Île du Prince-Édouard. 

À compter du 26 novembre 2021, un sondage en ligne sera lancé pour recueillir des commentaires et des idées constructives en ce qui concerne l’accès au littoral dans le secteur de la route Watts par le corridor de délimitation du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. Le sondage en ligne est hébergé sur le site Web  de la municipalité rurale de North Shore et sera accessible jusqu’au 14 janvier 2022. Nous invitons tous les intervenants à le remplir. Vous pouvez en obtenir une version imprimée sur demande en composant le 902-672-6350 ou en envoyant un courriel (parcscanadaipe-parkscanadapei@pc.gc.ca). Le sondage propose une plateforme pour recueillir des commentaires. Votre rétroaction joue un rôle important pour éclairer la prise de décisions et les prochaines étapes. 

Nous vous remercions de prendre le temps de nous faire part de vos commentaires ! Une mise à jour sera publiée une fois le processus de mobilisation soit terminé.

[1] La Gazette du Canada est le journal officiel du gouvernement du Canada. 

Date de modification :