Exploration 2023

Lieu historique national des Épaves-du-HMS Erebus-et-du-HMS Terror

Sur cette page

HMS Erebus

Le technicien en archéologie subaquatique de Parcs Canada Todd Stakenvicius sort de l'eau sur barge de soutien à la plongée et à l’excavation Qiniqtiryuaq après une plongée sur HMS Erebus, avec le NR David Thompson en arrière-plan, le 6 septembre 2023.
Le technicien en archéologie subaquatique de Parcs Canada Todd Stakenvicius sort de l'eau sur barge de soutien à la plongée et à l’excavation Qiniqtiryuaq après une plongée sur HMS Erebus, avec le NR David Thompson en arrière-plan, le 6 septembre 2023.

Le 4 septembre 2023, des membres de l’Équipe d’archéologie subaquatique (EAS) de Parcs Canada ont quitté Uqsuqtuuq (Gjoa Haven), au Nunavut, à bord du NR David Thompson pour reprendre les travaux archéologiques sur l’épave du HMS Erebus. S’est joint à l’équipe Brett Seymour, spécialiste en production audiovisuelle et chef adjoint du Submerged Resources Center, Service des parcs nationaux des États-Unis (NPS). Parcs Canada et le NPS ont conclu un protocole d’entente pour l’échange de personnel qui a permis de remplacer un membre de l’EAS incapable de participer aux opérations de plongée. Parcs Canada remercie le NPS pour la participation de Brett Seymour à ce projet.

Pendant 12 jours, du 5 au 19 septembre, l’équipe a effectué 68 plongées à partir de Qiniqtiryuaq, la barge de soutien à la plongée et à l’excavation de Parcs Canada, afin de continuer à étudier le HMS Erebus et à recueillir des données sur cette épave. Les archéologues ont aussi documenté et recueilli méthodiquement des artefacts afin d’en apprendre davantage sur l’expédition de Franklin, notamment sur la technologie navale, les travaux scientifiques et la vie à bord du navire. Les archéologues ont découvert dans la cabine d’un officier − probablement celle du second lieutenant Henry Dundas Le Vesconte − des objets liés à la navigation, à la science et aux divertissements, notamment une règle parallèle, un thermomètre intact, une couverture de livre en cuir et une canne à pêche munie d’un moulinet en laiton.

Des objets du quotidien, comme une chaussure ou une semelle de botte en cuir, des bocaux pour la conservation et un flacon médicinal bouché ont été découverts dans un espace identifié comme le réduit du maître valet du capitaine. Les fouilles archéologiques ont continué dans une autre cabine correspondant probablement à celle du troisième lieutenant James Fairholme et découvert, entre autres, de fossiles qui viennent s’ajouter à ceux retrouvés en 2022. L’EAS collabore avec des chercheurs de la Commission géologique du Canada pour déterminer l’origine de ces fossiles.

L’équipe a également commencé à fouiller un coffre de marin dans le quartier d’équipage, où la plupart des marins étaient logés, et a découvert de nombreux objets, notamment des pistolets, de l’équipement militaire, des chaussures, des flacons médicinaux et des pièces de monnaie. Tous les artefacts recueillis seront étudiés et traités à Ottawa, puis bon nombre d’entre eux seront retournés à Uqsuqtuuq pour être exposés au Nattilik Heritage Centre.

L'EAS a effectué des travaux dans le champ de débris entourant l’épave et notamment documenté en détail l’une des deux hélices du navire (celle de rechange) découverte et documentée initialement en 2015. Au surplus, l’équipe a retrouvé une ancre à glace dans le champ de débris. Cette découverte est une première sur les sites de Erebus et de Terror.

L’archéologue subaquatique de Parcs Canada Marc-André Bernier fouille un coffre de marin du quartier d'équipage, sur le pont inférieur du HMS Erebus, le 17 septembre 2023.
L'archéologue subaquatique de Parcs Canada Marc-André Bernier fouille un coffre de marin du quartier d'équipage, sur le pont inférieur du HMS Erebus, le 17 septembre 2023.

La faible profondeur du site signifie que l’épave est soumise aux forces de la nature, surtout aux vagues de tempête qui risquent de s’intensifier en raison des changements climatiques. Les membres de l’équipe ont documenté les changements survenus sur le site depuis sa découverte il y a près de dix ans, en 2014, notamment l’effondrement du pont supérieur du navire et l’affouillement des sédiments autour de la coque. Cette année, l’équipe a minutieusement documenté l’état du site à l’aide de milliers de photos numériques de haute résolution, lesquelles ont servi à produire des modèles tridimensionnels très précis permettant de mieux comprendre l’évolution du site au fil du temps.

L’EAS a conclu ses activités de plongée sur HMS Erebus le 18 septembre 2023, et elle est revenue à Uqsuqtuuq avec le NR David Thompson et la barge Qiniqtiryuaq le 20 septembre 2023.

Récemment, l’EAS a collaboré avec la firme de génie-conseil Nunami-Stantec pour modéliser le régime hydrodynamique près des épaves de l’Erebus et du Terror afin de mieux comprendre les forces environnementales qui présentent une menace accrue pour les sites, en particulier pour l’épave du Erebus. Il est de plus en plus évident que l’évolution des conditions météorologiques due aux changements climatiques pose un risque accru pour l’Erebus. Des échantillons de bois et de sédiments ont également été prélevés pour mieux comprendre les conditions environnementales locales des lieux. Les échantillons de bois prélevés en 2023 seront étudiés par une équipe du Musée national du Danemark dirigée par David Gregory, dans le cadre d’un récent partenariat de recherche conclu avec Parcs Canada, tandis que les échantillons de sédiments seront analysés par des spécialistes de l’Université Laval et de l’Université d’Ottawa.

Parcs Canada a organisé un événement au Nattilik Heritage Centre le 21 septembre pour partager des découvertes de 2023 avec les membres de la communauté.


HMS Terror

L’EAS a également fait une courte excursion sur l’épave du HMS Terror avec le NR David Thompson, du 22 au 24 septembre 2023, pour effectuer des travaux par télédétection. Il s’agissait notamment de réaliser des levés bathymétriques de l’épave au moyen d’un échosondeur multifaisceaux afin de documenter la condition du site, mais aussi d’élargir un couloir d’accès pour les navires entrant dans cette baie largement non cartographiée. Le site a également été examiné à l’aide du sondeur de sédiments du NR David Thompson afin de mieux comprendre sa stratigraphie.


Gestion du site

Parcs Canada et les Inuits travaillent en partenariat pour explorer et gérer les épaves du HMS Erebus et du HMS Terror. Le lieu historique national des Épaves-du-HMS Erebus-et-du-HMS Terror est géré conjointement par Parcs Canada et la Nattilik Heritage Society à Uqsuqtuuq. Cette organisation administre également le programme des gardiens des épaves et le projet d’agrandissement du centre d’exposition qui abritera une nouvelle exposition en 2025. Parcs Canada et la Fiducie du patrimoine inuit sont copropriétaires des artefacts recueillis.


Galerie d'images et vidéo

Transcription

0:00 [Cette vidéo n'a pas de langue parlée.]

0:02 [musique]

0:04 Le 4 septembre 2023, les membres de l’Équipe d’archéologie subaquatique de Parcs Canada

0:09 ont quitté Gjoa Haven, Nunavut, à bord du navire de recherche David Thompson

0:13 pour continuer le travail de recherche archéologique sur le site du HMS Erebus.

0:17 Durant 12 jours, l’équipe a réalisé 68 plongées à partir de la barge de plongée

0:23 et de support de fouille Qiniqtiryuaq (En Inuktitut, celui qui cherche et trouve) pour continuer l’étude et les fouilles du HMS Erebus,

0:27 et ainsi en apprendre plus à propos du navire et de l’expédition Franklin en général.

0:33 Parcs Canada et les Inuit sont partenaires dans l’exploration et la gestion des épaves du HMS Erebus et du HMS Terror.

0:39 Le lieu historique national des Épaves-du-HMS Erebus-et-du-HMS Terror

0:43 est co-gérer par Parcs Canada et la Société du patrimoine du Nattilik à Gjoa Haven.

0:46 Compte-tenu de la faible profondeur du site, l’épave du HMS Erebus est affectée par les vagues lors des tempêtes.

0:49 Les archéologues ont documenté des changements sur le site depuis sa découverte il y a près de 10 ans en 2014,

0:54 notamment l’affaissement du pont supérieur du navire et l’érosion des sédiments marins autour de la coque.

0:58 L’équipe a débuté la fouille d’un coffre de marin dans le quartier d’équipage et découvert de nombreux objets

1:04 incluant des pistolets, de l’équipement militaire, une botte, des bouteilles médicinales et des pièces de monnaie.

1:14 Les archéologues ont également retrouvé des artéfacts liés au travail scientifique, à la navigation et à la vie à bord au sein de cabines d’officiers,

1:20 incluant une règle parallèle, un thermomètre intact, une couverture de livre et un moulinet de canne à pêche.

1:32 Chaque artefact recueilli sur l’épave est possédé et administré conjointement par la Fiducie du patrimoine inuit et Parcs Canada."

1:36 Les artefacts sont minutieusement fouillés et documentés avant d’être envoyés dans les installations de Parcs Canada à Ottawa

1:39 pour leur étude approfondie et des traitements de conservation.

2:27 Apprenez-en davantage sur parcs.canada.ca/epaves

Date de modification :