Gestion des feux de forêt

Parcs Canada est déterminée à réduire les risques causés par les feux de forêt afin de protéger les communautés, les visiteurs, l’infrastructure et les ressources naturelles et culturelles sur les terres qu’il gère.

En 2022, Parcs Canada a vu

 

139

feux de forêt

dans

19

parcs nationaux et lieux historiques nationaux différents

pour un total de

32 058

hectares brûlés

Les feux de forêt peuvent avoir des répercussions sur toutes les communautés bordant un paysage végétalisé ou boisé.

Parcs Canada prend des mesures afin de réduire le risque de feux de forêt pour les collectivités, les bâtiments, les infrastructures et les terres avoisinantes. Depuis le début des années 2000, Parcs Canada travaille en étroite collaboration avec des partenaires et des communautés pour protéger ses ressources naturelles et culturelles. Pour ce faire, on réduit l’accumulation de végétation inflammable dans le milieu périurbain.

Milieu périurbain : zone où le développement humain rencontre ou se mêle à l’environnement naturel.

Définition d’Intelli-feu🅪 Canada

Les coupe-feu à l’échelle du paysage, les initiatives d’Intelli-feu Canada et d’autres mesures de gestion du combustible à l’intérieur du milieu périurbain aident à protéger les communautés. En éliminant la végétation inflammable (combustibles) dans des endroits stratégiques, nous pouvons réduire le risque de feux de forêt pour les communautés, les infrastructures et les terres adjacentes.

Mesures de prévention des incendies et restrictions de feu

Le Règlement sur la prévention des incendies dans les parcs nationaux du Canada constitue le fondement juridique des protocoles de prévention des incendies de Parcs Canada. Ce règlement donne aux gestionnaires de parc le pouvoir de fermer ou de restreindre l’accès à toute zone du parc. Le règlement peut également interdire de fumer dans certaines zones et interdire aux visiteurs d’allumer ou d’entretenir un feu.

Dans les parcs nationaux, les feux ne sont permis qu’à l’intérieur des foyers ou des boîtes en métal fournis par Parcs Canada. En vertu de ce règlement, les feux aléatoires à ciel ouvert ne sont jamais permis. Les roches disposées en cercle ne sont jamais autorisées pour faire des feux.

Un groupe d’amis allume des baguettes à étincelles près d’un feu de camp au coucher du soleil au terrain de camping de Cavendish. Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard.

Il y a toujours un certain niveau de restriction ou d’interdiction des feux à l’intérieur des parcs nationaux. Les règlements de Parcs Canada exigent également que toute personne qui a allumé un feu l’éteigne complètement avant de partir.

Bien que nous ne puissions pas éviter les feux de forêt naturels (p. ex., éclairs), nous pouvons éviter les feux causés par l’humain. Veuillez faire votre part pour assurer la sécurité de nos communautés et de nos premiers intervenants en n’allumant pas de feux de camp illégaux et en éliminant de façon sécuritaire les cigarettes et les cendres chaudes des barbecues. Ne laissez jamais votre feu sans surveillance et assurez-vous que votre feu de camp est froid avant de le quitter.

Préparation et intervention

La sécurité du public, de notre personnel, de l’infrastructure du parc et des terres avoisinantes demeure la priorité absolue de Parcs Canada.

Le programme national de gestion du feu de Parcs Canada vise à protéger les communautés tout en rétablissant le feu dans le paysage pour la santé de l’écosystème. Dans de nombreux parcs du pays, des pompiers dévoués sont prêts à intervenir en cas de feux de forêt. Des ressources comme des hélicoptères sont mises en attente lorsque l’indice de danger d’incendie est élevé. Les plans de gestion des feux de chaque parc définissent les lignes directrices en matière de préparation et d’intervention.

Nous sommes prêts à intervenir.

Un hélicoptère se trouve sur une autoroute fermée. En arrière plan, on aperçoit une épaisse fumée de feu de forêt et un deuxième hélicoptère qui décolle dans les airs.

Établir des partenariats

La coopération et le partage des ressources entre les différents organismes sont essentiels. Elle assure une gestion sécuritaire et efficace des feux au Canada et partout dans le monde.

Un membre de l’équipe de gestion des incidents de Parcs Canada discute de tactiques avec un officier d’aéronef lors d’un déploiement sur les incendies de forêt en Australie en 2020.
Des pompiers de Parcs Canada et du United States National Park Service se serrent la main de l’autre côté de la frontière internationale dans le parc national des Lacs Waterton.

Parcs Canada est un membre actif et égal du Centre interservices des feux de forêt du Canada (CIFFC). Le CIFFC coordonne l’information sur les feux de végétation et le partage des ressources entre les organismes canadiens et internationaux de gestion des feux.

Trois spécialistes de la gestion du feu se tiennent côte à côte lors du feu de forêt de Kenow dans le parc national des Lacs Waterton. On voit ici les écussons de bras de l’Alberta Wildfire, de Parcs Canada et des services d’urgence de Pincher Creek

Parcs Canada importe et exporte également des ressources, du personnel et de l’équipement d’autres organismes canadiens de gestion du feu (p. ex.,BC Wildfire, Société de protection des forêts contre le feu, AB Wildfire).

De plus, Parcs Canada collabore avec d’autres ministères et ordres de gouvernement du gouvernement du Canada, notamment :

  • Sécurité publique Canada;
  • Ressources naturelles Canada;
  • des organismes provinciaux et territoriaux d’intervention d’urgence, des administrations municipales et régionales;
  • des gouvernements et communautés autochtones.

En 2022, Parcs Canada a déployé

 

254

employés au total

représentant

25

parcs nationaux ou lieux historiques nationaux différents

à

13

emplacements uniques au Canada

Zones d’intervention en cas de feux de forêt

Chaque parc est divisé en zones. Chaque zone détermine le type d’intervention nécessaire en fonction des risques, des avantages écologiques et des répercussions sur la population.

Zone 1, en rouge Zone de gestion intensive du feu

Les feux de forêt nécessite une attaque initiale agressive immédiate ou une action de suppression soutenue jusqu’à ce que l’incendie soit déclaré éteint.

Zone 2, en jaune Zone de gestion intermédiaire du feu

Les feux de forêt peuvent être autorisé à brûler conformément à une politique et à des lignes directrices de gestion établies, ou qui peut être traité de manière à ramener le feu de forêt à l’intérieur de ces lignes directrices.

Zone 3, en vert Zone de gestion extensive du feu

Les feux de forêt peuvent être observés et évalués pour déterminer l’option d’intervention requise pour réduire au minimum les perturbations sociales ou les répercussions importantes sur la valeur et les ressources tout en atteignant les objectifs écologiques, économiques ou de gestion des ressources bénéfiques.

Évaluation du danger d’incendie

L’évaluation du danger d’incendie est un outil qui sert à déterminer à quel point il est facile d’enflammer la végétation, à quel point un incendie peut être difficile à maîtriser et à quel point un incendie peut brûler.

Faible

Dans des conditions de faible risque d’incendie, il est peu probable qu’il y ait de nouveaux feux de forêt. Tout incendie brûlant dans ces conditions sera de faible intensité et s’éteindra habituellement de lui-même.

Modéré

Dans des conditions de danger d’incendie modéré, les incendies se propagent généralement le long de la surface du sol, et les arbres ou les grappes d’arbres s’enflamment à l’occasion. Les équipes au sol dotées de matériel de lutte contre les incendies conventionnel peuvent habituellement contenir ces incendies.

Élevé

Les incendies qui brûlent dans des conditions de risque d’incendie élevé peuvent s’enflammer facilement, se propager rapidement et constituer un défi pour les équipes au sol.

Très élevé

Les incendies s'enflamment facilement, se propagent vigoureusement avec une implication partielle à totale de la cime. Il sera très difficile pour les pompiers de maîtriser les feux de forêt qui brûlent dans ces conditions. Des interdictions de feux peuvent être mises en œuvre.

Extrême

Les incendies s'enflamment facilement et se propagent rapidement avec un feu de cime à haute intensité. Le feu brûlera dans des conditions extrêmes de danger d'incendie. Il sera très difficile pour les pompiers de maîtriser les feux de forêt qui brûlent dans ces conditions. Des interdictions de feux peuvent être mises en œuvre.

Lorsque le danger d’incendie est élevé, les membres de l’équipe d’incendie de Parcs Canada travaillent pendant de longues heures, sont en attente après les heures d’ouverture pour intervenir en cas d’incendie et effectuent des patrouilles de surveillance de la fumée.

Mise en œuvre des interdictions de faire des feux

La décision d’imposer une interdiction de faire des feux est prise en fonction du danger d’incendie local, des conditions météorologiques actuelles et prévues, du taux d’humidité des végétaux, de la situation régionale relative aux feux de forêt et de la disponibilité des intervenants et de l’équipement.

Il existe des seuils précis de comportement en cas d’incendie qui indiquent à quel moment une interdiction de feu devrait être mise en œuvre. Les seuils comprennent une combinaison de niveaux d’humidité dans les combustibles (branches, herbe, billes) et de niveaux d’humidité dans les couches organiques (aiguilles, combustibles en décomposition et sol). Plus les combustibles s’assèchent, plus ils sont disponibles pour brûler et plus le risque d’incendie augmente.

Une interdiction de faire des feux est mise en œuvre pour assurer la sécurité des visiteurs et des résidents et pour protéger l’infrastructure du parc.

Les interdictions de faire des feux sont levées lorsque les conditions le permettent. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les interdictions de faire des feux, consultez la page Web des bulletins importants des parcs locaux. 

Changement climatique et incendies de forêt

Le parc national de Prince Albert présente un paysage diversifié avec des parcelles de forêt brûlée, des arbres verts et des zones humides.

Au fur et à mesure que notre climat change, les saisons des feux devraient s’allonger. Les feux de forêt peuvent devenir plus gros et brûler plus gravement. Cette situation est en partie attribuable à la sécheresse prévue qui créera des conditions sèches et inflammables dans une grande partie du pays. La réintroduction du feu peut créer des paysages plus diversifiés et améliorer la capacité de l’écosystème à s’adapter aux changements climatiques. Les brûlages dirigés et la gestion des feux de forêt y contribuent. Des paysages résilients signifient que les forêts, les prairies et d’autres écosystèmes peuvent se rétablir et persister, même avec les effets prévus des changements climatiques.

Apprenez-en plus sur les incendies et les changements climatiques.


Une épaisse colonne de fumée s’élève au‑dessus d’une forêt.

Vidéos sur le feu

Apprenez-en davantage sur la gestion du feu de Parcs Canada grâce à des vidéos provenant de parcs nationaux de tout le pays.