Pourquoi créer une réserve de parc national ici?

Plusieurs sites archéologiques Mi’kmaq anciens se trouvent à Pituamkek, tout comme des sites d’une grande importance culturelle et historique pour les Mi’kmaq. Les vestiges qui y ont été découverts révèlent que les Mi’kmaq occupent ce secteur depuis plusieurs milliers d’années.

Il existe dans la région un lien vital et vivant unissant la culture et l’histoire des Premières Nations à l’environnement. Ainsi, les Mi’kmaq de l’Île-du-Prince-Édouard entretiennent des liens étroits et de longue date avec la région de Pituamkek, qu’elles ont désignée paysage patrimonial Mi’kmaq.

Le rocher Iron Rock abrite une caractéristique géologique rare : la seule formation de roche ignée de l’Île-du-Prince-Édouard, une intrusion volcanique datant de plus de 240 millions d’années.

Les dunes de sable de Pituamkek forment l’un des écosystèmes de dunes côtières les plus importants sur le plan écologique de tout l’Est du Canada. Les îles s’étendent sur 50 kilomètres d’est en ouest et forment une barrière protectrice au nord des baies Malpeque et Cascumpec, connues dans le monde entier pour leurs pêches abondantes.

La région abrite également un certain nombre d’espèces menacées ou en voie de disparition. Parmi ces espèces végétales et animales, on trouve la petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique, le pluvier siffleur et l’aster du golfe Saint-Laurent.

La collaboration de Parcs Canada, de L’nuey (initiative de défense des droits des Mi’kmaq) et du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard au processus de création d’une réserve de parc national témoigne de l’engagement des parties à collaborer à des initiatives fondées sur les droits autochtones.

Du point de vue tant national que provincial, ce secteur revêt une grande valeur sur le plan de la conservation. Le projet offre une excellente occasion aux Mi’kmaq, au gouvernement du Canada, au gouvernement provincial, à la fondation Island Nature Trust et à Conservation de la nature Canada de collaborer à l’atteinte d’un objectif commun d’une grande importance. Pour toutes ces raisons, la région de Pituamkek cadre bien dans les objectifs de Parcs Canada, soit protéger des exemples représentatifs du paysage dans une optique de concertation.

Objectifs de la création d’une réserve de parc national :
  • veiller à ce que les collectivités des Premières Nations puissent préserver et célébrer les liens ancestraux et actuels qui les unissent à leur territoire;
  • combiner les données scientifiques et le savoir traditionnel afin de protéger et de faire valoir la diversité de la flore, de la faune et des caractéristiques du paysage de la région;
  • protéger l’intégrité écologique de l’habitat de la faune, de la flore et des créatures marines en collaborant avec les Premières Nations;
  • aider les collectivités des Premières Nations à offrir des expériences du visiteur mettant notamment en valeur le patrimoine naturel et culturel.

À propos de la région

Pituamkek (île Hog et dunes Sandhills) forme une barrière protectrice de 50 km le long de la côte nord-ouest de l’Île-du-Prince-Édouard. Ce chapelet d’îles abrite aussi l’un des écosystèmes de dunes côtières les plus importants du pays sur le plan écologique.

On trouve à Pituamkek (île Hog et dunes Sandhills) de nombreux sites archéologiques considérés comme sacrés par les Mi’kmaq. Les vestiges qui y ont été découverts révèlent que ce peuple occupe le secteur depuis plusieurs milliers d’années.

C’est également à Pituamkek que se trouve la seule formation de roche ignée de la province, vieille de plus de 200 millions d’années selon les estimations. La géologie singulière du paysage de dunes et de forêts crée un environnement très particulier qui n’existe nulle part ailleurs à l’Île-du-Prince-Édouard.

Des relevés effectués dans la région indiquent qu’on y trouve un certain nombre d’espèces végétales et animales menacées ou en voie de disparition, notamment la petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique, le pluvier siffleur, l’aster du golfe Saint-Laurent et le léchéa maritime.

Les gouvernements fédéral, provincial et Mi’kmaq sont d’avis qu’il serait intéressant de créer une réserve de parc national à Pituamkek (île Hog et dunes Sandhills). Les Mi’kmaq de l’Île-du-Prince-Édouard, qui ont proposé ce projet, considèrent qu’il offre une occasion exceptionnelle pour Parcs Canada et les Premières Nations Mi’kmaq de travailler ensemble à l’atteinte d’objectifs écologiques et économiques dans ce paysage canadien de toute première importance.

En créant une réserve de parc national à Pituamkek, Parcs Canada assurera la protection et la représentation d’un écosystème rare et menacé. Ce secteur revêt une grande importance écologique, géographique et culturelle, et il mérite d’être protégé dans l’intérêt des membres de Premières Nations, des insulaires et des Canadiens d’aujourd’hui et de demain.


Création d’aires protégées

Le gouvernement du Canada s’est engagé à agrandir le réseau canadien d’aires protégées et de conservation ainsi qu’à protéger la biodiversité des écosystèmes canadiens. Par un réseau de parcs, d’aires protégées et de conservation, et d’autres mesures de conservation efficaces par zone, le Canada s’est engagé à conserver au moins 25 % de ses terres et de ses eaux d’ici 2025.

Maliaptmu’kw u’t kepme’k wesasi-klu’lk maqmikew
Préserver cet endroit important et magnifique.

Les parcs nationaux et les réserves de parc nationaux représentent les plus beaux fleurons du Canada et racontent le récit de notre identité, notamment l’histoire, les cultures et les contributions des Premières Nations.

La principale différence entre un parc national et une réserve de parc national est que le terme « réserve » est utilisé pour reconnaître qu’il y a des revendications non réglées de droits autochtones dans la région. Les Mi’kmaq de l’Île-du-Prince-Édouard seront libres de poursuivre leur utilisation traditionnelle du territoire et d’y pratiquer leurs activités spirituelles; ils collaboreront étroitement à la gestion du secteur avec Parcs Canada.

L’Agence travaillera de concert avec les Mi’kmaq d’Epekwit, le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, des collectivités, des groupes écologistes, des entreprises, des pêcheurs, des organismes touristiques et des organisations municipales à la conservation et à la protection du patrimoine naturel et culturel de ce lieu très particulier ainsi qu’à la concrétisation de ce projet de réserve de parc national dans l’intérêt des générations à venir.


Effets du changement climatique

En plus de l’importance géologique, culturelle et historique que revêt Pituamkek (île Hog et dunes Sandhill), ce chapelet d’îles barrières protège de nombreuses collectivités de l’Île-du-Prince-Édouard de l’action des vagues et des tempêtes du golfe du Saint-Laurent.

Comme les effets du changement climatique ne cessent d’évoluer, il est important de prendre des mesures de protection pour préserver cette région importante et diversifiée du littoral de l’Île-du-Prince-Édouard en lui attribuant le statut de réserve de parc national. Les Mi’kmaq d’Epekwitk considèrent que l’île Hog et les dunes Sandhills font partie intégrante de leur culture, de leur histoire et de leur environnement. C’est pourquoi un profond lien spirituel unit les Premières Nations Mi’kmaq aux dunes Sandhill, qu’ils considèrent comme un paysage patrimonial.

En collaboration avec les Mi’kmaq et des établissements d’enseignement supérieur, Parcs Canada continuera à mener d’importantes recherches dans nos aires protégées afin d’approfondir notre compréhension du changement climatique.


Calendrier et prochaines étapes
Voyez où nous en sommes dans nos efforts pour la création de la réserve de parc national Pituamkek.

Date de modification :